ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Recherche Transports Sécurité

0761-8980
Changement d'éditeur au 1er janvier 2011
 

 ARTICLE VOL 25/101 - 2008  - pp.231-234
TITRE
Éditorial. Marcher en ville. Quelle sécurité pour les piétons ? Quels besoins à prendre en compte ?

RÉSUMÉ
Marcher est bon pour la santé, mais n’est pas une activité aussi sûre qu’elle devrait l’être. Ce problème est en partie imputable aux priorités actuelles de nos sociétés en matière de mobilité, de gestion de la vitesse et d’urbanisme. Marcher implique une faible consommation d’énergie et en conséquence ne produit aucune émission polluante. En outre, on ne sait atteindre une destination sans un minimum de marche, ne serait-ce qu’à la fin d’un déplacement réalisé par un autre mode de transport. C’est pourquoi, il semble étrange que le mode de déplacement piéton ait fait l’objet de si peu d’attention, tant de la part des décideurs que des ingénieurs ou des chercheurs. Marcher est le moins onéreux des modes de transport, mais les pays occidentaux esquivent les solutions de transport à bas coût, lesquelles ne participent pas à la croissance économique qui semble être la seule grande priorité. La publication de résultats de recherche sur la marche et les piétons est nécessaire ; l’on doit ainsi saluer l’initiative de la revue RTS pour diffuser des connaissances sur ce thème grâce à ce numéro spécial. Il n’est pas inutile d’énoncer quelques considérations préliminaires au sujet de la marche et de la mobilité en général. On a souvent entendu dire que les villes n’ont pas été construites pour le trafic automobile, qu’elles auraient d’abord été conçues pour d’autres types de mobilité. Cependant, beaucoup d’entre nous ont oeuvré des années durant à adapter l’espace urbain aux conducteurs automobiles, en oubliant les besoins des autres usagers. Même les milliers de piétons tués et blessés n’ont pas suffi à faire reconsidérer fondamentalement la conception des voies ainsi que leur usage et pas seulement les règles de priorité. Les rues sont actuellement conçues pour les voitures et les poids lourds : dimensions, espace nécessaire aux mouvements tournants, accélérations permises, réponse aux besoins de vitesse et de capacité, etc. On a oublié que les deux-roues motorisés ont d’autres caractéristiques que les voitures, que les bicyclettes également. Et que dire des piétons… Aussi de nombreux usagers de l’espace urbain ne sont pris en compte qu’en second lieu seulement.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (45 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier